Coup de coeur pour « La cuisinière d’Himmler »

de Franz-Olivier Giesbert (Gallimard, 2013).

Rose a 105 ans ! Elle tient un resto à Marseille (enfin, elle se fait aider tout de même !) et décide d’écrire ses mémoires. C’est donc tout le XXe siècle que l’on va revisiter à travers les rebondissements de la vie de la narratrice : une vie de misère et d’épreuves (du génocide arménien à la révolution chinoise en passant la déportation nazie…) que Rose raconte résolument, refusant de participer au « grand pleurnichoir ». Et, effectivement, elle affronte courageusement chaque drame, rebondit à chaque épreuve – peut-être soutenue par son petit truc à elle : la vengeance. Rose, tôt ou tard, zigouille méthodiquement tous ses ennemis !

Nicole, du Café littéraire de Lambersart, a trouvé ça « truculent voire loufoque » et a été sensible à cette parole de l’auteur : « Rose, c’est moi ». F.-O. Giesbert règle en effet quelques comptes au passage…

2 réflexions sur “Coup de coeur pour « La cuisinière d’Himmler »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s