Coup de coeur pour « Maman Zita »

Je vous propose Maman Zita, puisqu’il est en compétition [pour le Prix du Lions Club 2014].

Livre lu dans le cadre de l’opération « La voix des indés » proposée par Libfly et les éditeurs indépendants dont les Editions Atria qui ont édité Maman Zita de Patrick Lunant et je les remercie pour ce très bon moment de lecture.

Garance a été abandonnée par sa mère à sa naissance, même pas une naissance sous X qui aurait permis l’adoption, non, simplement abandonnée comme un tas de guenilles. Sa génitrice meurt et elle doit s’occuper des funérailles et se retrouve bien chargée avec l’urne contenant ses cendres. Alors remontent à la surface des souvenirs et, c’est Bécassine qui sera la confidente : « t’es de plus en plus crado, ma vieille ! Ecoute il faut que je te parle. T’as le temps là, parce que ça risque de durer ? Tu me connais, je sais pas faire si je ne digresse pas. Et puis, j’ai des choses à te dire, des choses que je n’ai jamais dites, des choses que je n’ai jamais dites à personne. » Ainsi, nous ferons connaissance de ces familles dites d’accueil et… De maman Zita, qu’elle considère comme sa mère pour l’amour et la confiance qu’elle lui a donnés et jamais repris. Mais voilà, les bonnes choses ne durent jamais et elle doit partir ailleurs et encore ailleurs….. Jusque chez Germaine où elle rencontre Raphaël  également placé chez elle et c’est le grand Amour, avec un A majuscule… Là aussi, tout se brise.

Ainsi ballotée, Garance se cherche dans le regard des autres, dans la vie des autres mais sans offrir la moindre concession. Elle est enfermée dans son mal être qui la brûle comme un feu intérieur. Elle attend son grand Amour et le cherche chez des amants de passage qui ne lui donneront jamais le plaisir qu’elle a connu  dans les bras de Raphaël, la seule et unique fois où ils feront l’amour. Après, il est parti par peur, lâcheté ???? Ce plaisir qu’elle ne trouve pas est-ce elle qui se le refuse afin de ne plus se donner entièrement par peur de tout perdre comme à chaque fois ? Tout comme elle ne connaîtra jamais plus l’amour, quelque chose en elle s’est brisé et de ce chaos elle a fait une muraille que seule la peinture lui permet d’extérioriser (d’exorciser ?).

1re-Maman-Zita_9183494c3fc9c195b4b69303743579bdCe sont tous ces abandons, mais aussi les rares grands bonheurs qu’elle raconte à Bécassine.

Il y a comme une dichotomie entre la narration et les « dialogues » avec sa poupée, le vocabulaire change, même l’intonation (je sais cela peut paraître idiot pour un livre) n’est plus la même. Maman Zita et Raphaël sont ses deux grands bonheurs absolus, alors c’est la descente dans la grande dépression et……

Garance n’est pas, à priori, une personne très sympathique. Très entière, elle manifeste peu d’empathie envers les autres, trop tournée vers ses tourments et ses recherches. Lorsque l’on n’est pas en paix avec soi-même, que l’on ne s’aime pas, que quelque chose manque, il est, tout simplement, très difficile de s’ouvrir aux autres.

La postface donne un autre éclairage et oblige à repenser le livre autrement qu’à la première lecture et l’on peut dire : Aimer à perdre la raison…

Ceci posé, n’ayez pas peur, c’est un livre que je n’ai pu lâcher, j’ai pleuré, j’ai eu envie de crier à l’Injustice, j’ai souri… Patrick Lunant écrit avec un rythme endiablé, c’est vivant, les phrases claquent, peu de temps morts. Les respirations sont données lorsqu’elle interpelle sa poupée. L’idéalisation de l’Absent peut être dangereuse lorsque la réalité fait son apparition.

Un bon livre et, allez, j’ose, un coup de cœur !

Zazy

(lien vers l’éditeur : cliquez ici)


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s