Nos lectures de mars 2014 : Les Ecrivains engagés dans la Première Guerre Mondiale

1- Hommes et Femmes dans la France en Guerre : 1914-1945 B.Verley-CLL

Grand format  | 368 pages.  | Paru en : Septembre 2003  | Prix : 22.95 € Editions : Payot

Lien vers l’éditeur

Benjamin-Rene-Gaspard-Livre-896277075_ML2- Gaspard, présenté par Lysiane

René Benjamin, Prix Goncourt 1915, a écrit ce livre, probablement le premier ayant pour thème la première Guerre Mondiale, à l’hôpital de Tours. Il y séjournera plusieurs mois après une grave blessure et  rencontrera à l’hôpital de Saumur sa future épouse, infirmière, qui lui donna tris enfants. René Benjamin fut un remarquable conférencier, animant ses conférences comme un spectacle, une véritable représentation . Auteur de pièces de théâtre avec succès. Il écrivit sur Balzac, Molière, Marie Antoinette, personnages dont il puisa une grande inspiration. Il fut un très grand ami de Léon Daudet et de Sacha Guitry.

3- Sous les cocardes, présenté par Paul

Marcel JEanjean-CLLMarcel Jeanjean connait la première Guerre dans l’infanterie puis devient pilote de reconnaissance en 1917. Il sera toute sa vie influencé par ces « drôles de machines volantes » et deviendra en 1933 peintre officiel du Département de l’Air. Il écrira et dessinera aussi pour les enfants ( les Aventures et nouvelles Aventures de Fricasson). Il illustrera les « Lettres de mon moulin  » d’Alphonse Daudet. Paul nous apprend que son style de dessin anticipe celui d’Hergé avec ce qu’on appelle  » la ligne claire », réduite à un trait assez marqué qui fera la fortune de Tintin ou de Bécassine.

4- Les coqs et les Vautours, d’Albert Paul Granier, présenté par Odile

AP GranierAlbert-Paul Granier est l’auteur d’un unique recueil de poésie tiré à compte d’auteur en 1917 : Les coqs et les vautours, un titre qui aurait pu figurer dans Les fables de La Fontaine, mais qui s’inscrit dans la dure réalité de la grande guerre.

Lire la critique de La Croix : ici.

Pour en lire un extrait ou l’acquérir : voir librairie.memorialdeverdun.

5- Orage d’aciers, d’Ernst Jünger, présenté par Paul et Pierre

OragesPremier ouvrage de l’Ecrivain en 1920 et sans doute celui qui reste le plus connu à l’international à ce jour . Lieutenant, il a puisé son inspiration dans les 15 carnets qu’il rédigea . Le livre connu sept versions jusqu’à la dernière en 1978 .

En savoir plus et lire un extrait sur l’Express Culture –> ici.

6- Journal de Guerre 1915-1918 – Ernst Jünger, par Pierre

Expérience autobiographique de la guerre 14-18 que l’auteur a vécue entièrement, blessé 14 fois, comme lieutenant engagé volontaire. Comme chez d’autres écrivains, nous trouvons des témoignages de l’horreur de la vie des tranchées sous les coups de l’artillerie ennemie, ainsi que de la violence des assauts mais décrites dans un style froid, clinique, sans compassion pour les victimes de son camp comme du camp adverse…

Critique et extraits sur Biblios –> ici.

En 1922, Ernst Jünger écrit  » La Guerre comme expérience intérieure « . Il complète son récit des évènements par de premières réflexions sur le bouleversement psychologique rencontré par le combattant soumis à de telles épreuves infernales comme le bruit par exemple. Ses considérations d’ordre philosophiques laissent cependant perplexes.

En 1939 paraîtra Sur les Falaises de Marbre, livre anti – nazi considéré comme son chef d’oeuvre. Il sera mobilisé à nouveau dans la Wehrmacht au grade de capitaine et aura son bureau à l’hôtel Majestic à Paris. Très Francophone et Francophile, tous ses livres seront traduits en Français.

7- Ceux de 14, de Maurice Genevoix, présenté par Bernard

genevoixLe livre de 700 pages, un monument souvent rapproché de la production d’Ernst Jünger sans en suivre les mêmes chemins, a été fortement censuré.

De Février à Avril 1915, l’enfer se déchaîne sur la crête des Eparges. Le Lieutenant Genevoix a déjà participé à la bataille de la Marne et à la marche sur Verdun. Il sera grièvement blessé, survivra après 7 mois d’hospitalisations grâce à sa résistance physique hors du commun mais perdra l’usage de la main gauche et sera handicapé toute sa vie.

Le livre-témoignage est constitué de cinq volumes écrits entre 1916 et 1923. 269 pages des deux premiers livres furent censurés, décrivant trop crûment la réalité des combats.

L’interview filmée du Colonel Xavier Pierson, Directeur du Mémorial de Verdun donne d’intéressantes informations sur ce qu’a connu Maurice Genevoix sur place –> ici !

En Automne de cette année, une série télévisée réalisée par Olivier Schatzky retracera dans le cadre des commémorations du Centenaire les évènements ayant inspiré à M. Genevoix son livre. Six épisodes se succèderont sur France 3 dont nous vous présentons la bande-annonce –> ici.

8- Louis Ferdinand Céline : Voyage au bout de la nuit, présenté par Michel et Gisèle

LFC-2

Céline devance l’appel en 1912 à 18 ans. Engagé au 12 ème cuirassier de Rambouillet. Brigadier en 1913. Maréchal des Logis le 05 Mai 1914, il sera gravement blessé à Polkapelle, blessé à l’épaule et non à la tête comme il en fit courir le bruit. Il sera convalescent à Hazebrouck, avec mention spéciale à Alice D. (David), infirmière-major qui fut sa très proche amie à cette époque .

Le Voyage : 50 000 exemplaires, 5000 articles de presse dans les deux premiers mois suivant sa parution  traduit dans 14 pays, 5 années de travail et 20 000 pages écrites …

« Çà a commencé comme çà. Moi, j’avais jamais rien dit. Rien. C’est Bardamu qui m’a fait parler, c’est un médecin lui aussi, un confrère. » Le Voyage, première page.

images9- A l’Ouest, rien de nouveau, d’Erich Maria Remarque, par Aline

Le livre est paru en 1929. Il fait partie des livres détruits par l’autodafé nazi. E.-M.Remarque fut combattant sur le front Ouest et blessé en 1917. Il finira la guerre à l’hôpital militaire de Duisbourg. Il commence l’écriture de son livre fin 1927 .

Porté à l’écran avec grand succès –> Visionnez le film : ici (V.O.)

index11- La main coupée, de Blaise Cendrars, présenté par Annie-France

Ce livre constitue le deuxième volume d’une tétralogie de Mémoires : L’Homme foudroyé, 1945 – La Main coupée, 1946 – Bourlinguer, 1948 – Le Lotissement du ciel, 1949.

A voir aussi, une très intéressante série de vidéos sur les Ecrivains dans la guerre dont une évocation du livre de Blaise Cendrars,  éditée sur la chaîne Web TV des Picards.

12- Evocation du thème du jour par Pierre, notre aîné .

« Contre la tentation de l’oubli », une contribution de 17 pages dont je vous livre ci-dessous une copie ( en -pdf) . Un énorme travail que chacun pourra consulter ainsi à son rythme :

Contre la tentation de l’oubli – Part.10001

Contre la tentation de l’oubli- Part.20001

Toutes nos excuses pour les 3 pages que vous devrez retourner pour les lire – accident de scannage. Que cela ne vous décourage pas, car le travail de Pierre est intéressant !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s