« Charlotte »

Charlotte, de David Foenkinos, Gallimard, 2014.

Par Sylvaine Micheaux

Je vais enfoncer des portes ouvertes, tant les critiques sont bonnes pour ce livre, doté de 2 grands prix (Renaudot et Goncourt des lycéens). Au départ, nous avons hésité à l’acheter pour la bibliothèque (*) car le livre se présente sous forme de vers, d’une poésie  écrite en prose. Nous avions peur que ce style ne rebute nos lecteurs.
Nous l’avons finalement acheté et bien nous en a pris.

41PkKr0GTzL._AA160_Ce livre n’a rien de poétique ; après les 3-4 premières pages, on entre dans ce style essoufflé de phrases courtes, très courtes, qui partent à la ligne à chaque fois. On suit à la fois l’histoire de Charlotte Salomon, peintre découverte par hasard par l’auteur, et la quête de Foenkinos pour découvrir cette vie trop courte, dramatique s’il en est.
Un livre, haletant, qu’on ne peut lâcher, chronique d’une tragédie annoncée, qu’on lit d’une traite ou presque, et qui ne nous donne qu’une envie, nous plonger dans internet pour découvrir enfin les tableaux de Charlotte.

Pour moi, 3 * bien sûr.

Voir aussi cet article.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s