« Une autre idée du bonheur »

Par Catherine Chahnazarian

Une autre idée du bonheur, de Marc Levy (Laffont 2014) est disponible en Pocket. Page sur l’auteur : ici, extrait à lire en ligne : ici.

Il était présenté en petites piles à la caisse du supermarché, comme un bonbon ! Ça m’a carrément choquée. Mais comme ça faisait un moment que je me disais « Je devrais essayer un indexMarc Levy » j’ai déposé un exemplaire sur le tapis roulant.

En l’ouvrant, j’ai eu une crainte : une page vantait le livre à travers des commentaires de Paris Match ou Voici. Était-il si important de prévenir le lecteur de ne pas s’attendre à de la grande littérature ? Puis, en découvrant que l’action se passait aux États-Unis, j’ai pensé qu’il valait mieux découvrir l’Amérique avec les Américains. Mais j’ai continué à lire parce que, dès les premières pages, je me demandais déjà qui… pourquoi… et alors… ?

Maintenant que je l’ai fini, la prof en moi, qui se prend pour une intellectuelle, voudrait soulever les maladresses, les formules resucées, enguirlander l’auteur parce qu’il confond le futur et le conditionnel. Mais la féministe passive voudrait le remercier pour ce petit rappel historique qui tombe à point nommé ; la citoyenne se dit que même si elle n’entrerait pas dans le débat de cette façon, c’est toujours bien qu’il y ait des gens pour nous rappeler que nous pourrions nous faire une certaine idée du bonheur, en discuter, la défendre. La femme fatiguée voudrait dire son plaisir d’avoir pu lire quelque chose de pas complètement con, avec urgence et sans se prendre le chou ; la lectrice peu encline à lire des romans d’aventure doit dire que celui-ci est vraiment bien ficelé.

S’il y avait une suite, je la lirais.


Réaction de François Lechat

Je partage la critique de Catherine Chahnazarian, dans les éloges comme dans les réserves. Mais j’ajouterais qu’il est étonnant de voir un auteur aussi aguerri nous infliger de longs témoignages de jeunesse écrits au passé simple, dans un style beaucoup trop travaillé pour être réaliste, et en frôlant la dissertation de morale civique. C’est un Lévy avec supplément d’âme mais aussi, hélas, avec supplément de littérature. Il est bien plus efficace quand il met ses héroïnes en action ou qu’il glisse des rebondissements dans de courtes répliques, sans appuyer. Ce qui n’empêche pas un happy end que l’on sent venir de loin, comme si son éditeur ne voulait pas d’une autre idée du bonheur. C’est passionnant, mais pas très réussi.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s