« Dieu gît dans les détails »

Par Michel Campo

Dieu gît dans les détails, de Marie Depussé, Pol-éditeur, 1993, 144 p.

Ce livre faisait partie des sélectionnés pour le Prix du Marais 2014 (attribué par la médiathèque de Lomme). Marie Depussé y décrit son expérience de la clinique psychiatrique de La Borde dont elle fut l’une des collaboratrices.

livre-dieu-git-dans-les-detailsLa Borde, Cour-Cheverny, fut acheté en état de quasi-ruine et à crédit en 1953 par le psychiatre Jean Oury. Il parcourait alors les routes en compagnie de malades à la recherche d’un lieu d’accueil et trouva ce château « qui se foutait bien d’être un château« . La Borde était un endroit transparent, gentil… « C’est déjà ça d’être gentil avec la folie« , dira Félix Guattari, l’une des principales figures de la clinique.

La Borde n’a pas de murs mais un très beau parc. Il faut rendre au malade la liberté dont il est privé : à La Borde, les gens doivent circuler à l’intérieur d’un emploi du temps mobile où chacun exerce plusieurs fonctions (ex. : ménage le matin, séminaire, cuisine le midi, ateliers ou médical l’après-midi, théâtre le soir). Cette circulation apporte une connaissance mutuelle où chacun ne demeure plus dans son coin. Au début, le personnel soignant eut un certain mal à s’adapter… les malades aucune difficulté.

Marie Depussé raconte La Borde par le quotidien, par les silences, les petits pas, les arbres du parc, les regards, certains mots ou pas de mots.

On parcourt les pages d’une traite.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s