« Le voyant »

Par Michel Campo

Le voyant, de Jérôme Garcin (Gallimard, 2015)

Le voyant est une biographie de Jacques Lusseyran, un héros qui, comme sans doute un grand nombre, a disparu derrière le grand rideau de mémoire. C’est un récit qui se lit comme tel, sans recherches de style sophistiquées, mais agréable à parcourir. Personnellement, je trouve que product_9782070141647_98x0Jérôme Garcin accentue un peu trop les louanges au long de ces pages, mais je laisse chacun en juger.

Jacques Lusseyran (1924-1971) connut la cécité totale suite à un accident malheureux à l’âge de huit ans. « Je ne voyais plus la lumière du monde et la lumière était toujours là. » Lusseyran va s’éteindre le 27 juillet 1971 dans un accident de voiture non expliqué, avec sa troisième épouse. Il avait 47 ans et un formidable passé derrière lui.

Brillantes études grâce à l’opiniâtreté de sa mère à le rendre « meilleur que les autres », formé à l’histoire de France par sa grand-tante, accédant à la musique classique qu’adore son père, c’est dans la littérature qu’il excelle, brillantissime.

Mais c’est dans la résistance qu’il réalise à la fois sa plus grande aventure, subit son plus grand malheur (déporté sur dénonciation à Buchenwald), démontre sa force spirituelle hors du commun. « La résistance est une affaire de dignité, d’honneur. Et l’honneur n’est pas que dans la Patrie mais dans tous nos actes. » Ainsi naissent Les Volontaires de la Liberté…

Entretien Gallimard/Garcin : ici.


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s