Nos lectures de mars 2016 : La littérature russe

Café Littéraire consacré à la littérature russe ce jeudi 10 mars 2016, avec la participation de Marc-Philippe Daubresse, député-maire de Lambersart.

La séance a commencé avec l’intervention de Monsieur Daubresse. Passionné de littérature russe, russophone, M. Daubresse nous a parlé de Pouchkine (portrait ci-contre) qui a écrit, selon lui, les plus beaux poèmes d’amour du monde. 180022-jpg_99814_1000x667Il cite d’abord Eugène Onéguine, La Fille du Capitaine, La Dame de Pique, évoque la vie de Pouchkine, sa mort prématurée au cours d’un duel. Puis il nous lit quelques poèmes en russe de façon à nous permettre d’apprécier la musicalité de la langue. Pour M. Daubresse, Pouchkine symbolise la liberté et l’âme russe.

Il nous recommande ensuite quelques grands auteurs russes :

  • Mikhaïl L. Lermontov et sa colère contre l’état de la société qui conduit au désespoir ;
  • le poète Fyodor I. Tyutchev, très connu, exprimant très bien l’âme russe, le dernier des grands poètes romantiques russes.

Il rappelle les grands classiques :

  • Tolstoï avec (La) Guerre et (La) Paix, à l’instar de Victor Hugo sur l’épopée napoléonienne (disponible en Poche) ;
  • Dostoïevski , le torturé, avec son questionnement existentiel sur Dieu ;
  • Gogol avec Les Âmes mortes, critique en règle de la société russe (disponible en Folio);
  • Soljenitsyne, Le Pavillon des cancéreux (disponible en petit format chez R. Laffont), L’Archipel du goulag (disponible au Cercle Points). L’auteur a mis 20 ans à faire publier ces 2 romans.

9782253088974-T   product_9782070364251_195x320   9782221125410   9782757843260   product_9782070369256_195x320

[Lire en ligne ou en PDF : voir « Ressources » au bas de cet article]

M. Daubresse insiste sur les personnages emblématiques de la littérature russe. Catherine, à ce moment, précise que les écrivains eux-mêmes sont de véritables personnages de roman, comme Dostoïevski, qui a fait 10 ans de bagne, qui a subi une simulation d’exécution qu’il raconte dans Souvenirs de la maison des morts (disponible en Folio), premier récit sur le système pénitentiaire russe, une œuvre phare de la littérature concentrationnaire.

Quelques membres du Café littéraire présentent des livres d’auteurs russes :

Annie-France vient de relire Premier Amour de S. Tourgueniev (disponible en Librio) ; elle a beaucoup aimé ! livre-limonov-renaudot97822211899621540-1Contrairement à Odile qui n’a pas réussi à rentrer dans Le maître et Marguerite, de Mikhaïl Boulgakov (disponible en petit format chez R. Laffont). À la fois histoire d’amour, critique politique et sociale (Moscou, années 1930), comédie burlesque et conte fantastique, ce roman est considéré comme l’une œuvres majeures de la littérature russe du XXe siècle. Quelqu’un présente brièvement Limonov d’Emannuel Carrère (P.O.L., Prix Renaudot 2011).

product_9782070389629_195x320Lysiane présente Les Frères Karamazov de Dostoïevski (disponible en Folio).

Difficile de résumer un tel monument de la littérature. Ce sont 900 pages foisonnantes, pleines de bruit et de fureur. Ce roman est à la fois une quête mystique, une histoire de passion et une enquête policière. A découvrir ou à redécouvrir.

Voir l’article de Lysiane ici. Vous pouvez aussi réécouter l’émission de France Inter diffusée le 13/02/2016, Ça ne peut pas faire de mal : Guillaume Gallienne consacre 47 minutes aux Frères Karamazov. Cliquez ici.

product_9782070429288_195x320Pierre présente Oblomov, de Gontcharov (disponible en Folio).

Un propriétaire terrien fait de la paresse un art de vivre, qu’il cultive assidûment… En russe, « oblomov » désigne une personne inactive, ne parvenant pas à trouver le bonheur. Ce roman, considéré comme une satire de la noblesse russe du XIXe siècle, est à lire absolument. Son héros est devenu un mythe de la littérature russe, au même titre que Don Juan ou Faust.

l-ame-russe.jpgVoir l’article de Pierre ici.

Pour une vue d’ensemble de la littérature russe / culture, langue et histoire de la Russie, l’âme russe, les textes fondamentaux (Dostoïevski, Tolstoï, Pouchkine, Tchekhov, Gogol…), Pierre conseille Le Point Références, Janvier-Février 2011.

indexNicole présente Le pingouin de Kourkov (épuisé ? Introuvable sur le site du Cercle Points).

Dans les années post soviétiques Victor vit à Kiev avec son pingouin récupéré au zoo. Il est écrivain. Le patron d’un journal lui propose d’écrire des nécrologies, les « petites croix » de personnalités bien en vue qui se mettent à décéder les unes après les autres. Sa vie est alors en danger.

Nous partageons sa vie au jour le jour. Récit d’une certaine lenteur. Situations absurdes teintées d’humour pour dénoncer l’état d’une société où la mafia est reine et où la vie humaine a une importance toute relative.

9782742752713Monique présente Les belles étrangères – Douze écrivains russes.

Le ministère de la Culture et de la Communication organise avec le Centre National du Livre (CNL) les rencontres : « Les Belles Étrangères », publiées par Actes Sud. En 2004, Douze écrivains russes. Le plus vieux né en 1931, les autres en 1947 et après. Nikolaï Chadrine, Andreï Guelassimov, Leonid Guirchovitch, Natalia Jouravliova, Nikolaï Kononov, Ilya Kotcherguine, Iouri Mamleïev, Nokolaï Maslov, Ludmila Oulitskaïa, Vera Pavlova, Lev Rubinstein, Olga Sedakova.

Fort divers et intéressant. Seul bémol : petits caractères d’impression.

Monique retient « L’Adieu », de Nikolaï Chadrine (né en 1947).

Elle signale également qu’une librairie russe à Paris, la Librairie du globe, 67, bvd Beaumarchais, 75003 Paris, reçoit 2 fois par mois des écrivains russes (http://www.librairieduglobe.com).

9782130554349_v100Conseillons, enfin, Russie, de la collection Cultures Guides chez Puf (2008).

L’auteur, Jean-Pierre Arrignon, est spécialiste des domaines byzantin et russe, et professeur d’histoire médiévale à l’Université d’Artois. Cet essai permet de mieux comprendre la réalité russe ainsi que les relations de ce pays avec la Turquie, l’Ukraine ou encore la Finlande.


Ressources :

Vous trouverez de nombreux livres électroniques gratuits téléchargeables en PDF sur le site de la Bibliothèque électronique du Québec. Y figurent notamment Le joueur de Dostoïevski et Oncle Vania de Tchékov.

Vous trouverez aussi plein de livres à lire gratuitement en ligne sur bibliothèque-russe-et-slave.com. Par exemple, et pour citer à nouveau des classiques : Ma Confession, de Tolstoï (lire, au chapitre IV, la fable orientale de l’homme qui tombe dans un puits pour se sauver d’une bête féroce…) ou Eugène Onéguine, de Pouchkine. On y trouve aussi Un héros de notre temps, de Lermontov, auteur signalé par M.-P. Daubresse.

Difficile de trouver Tyutchev en français, par contre. Si quelqu’un a un lien à proposer… (postez un commentaire au bas de cet article).

Et comme on trouve tout ou presque sur Youtube, régalez-vous de l’Eugène Onéguine de Tchaïkovski (d’après Pouchkine, évidemment) en version opéra-film (bien que ce soit un peu bizarre de voir les personnages en décors réels, y compris extérieurs, alors que le son est studio). A la minute 14:16, la plus belle déclaration d’amour du monde !


Publicités

2 réflexions sur “Nos lectures de mars 2016 : La littérature russe

  1. Commentaire d’Omer Saint Jules :

    Marc Philippe DAUBRESSE maire de LAMBERSART, cité d’un tsar s’il en fut par chez nous (celle où CHARLEMAGNE aurait dépêché un sieur LAMBERT pour y faire l’essart), lors du café littéraire d’Annie France la semaine dernière, nous fit écouter de sa propre voix, qu’il eut non pas qu’éloquente mais aussi pour la circonstance très élocutoire, des poèmes de POUCHKINE, qu’il tient pour les plus beaux qu’on écrivit jamais. Il en fit entendre ce qu’il y a d’essentiel (l’essence) dans l’âme russe : son chant. Ce fut là une très belle et réelle performance à la mesure du lieu et du moment, sans prétention et qui rendit un bel hommage à ce qu’est aussi (et avant tout, sauf à encourir le risque de sa disparition) la poésie : ce qu’en a écrit le poète, que ressuscite le regard qui s’y pose, s’y expose… et s’impose.

  2. Merci à Omer Saint Jules pour ce retour poétique ! Je regrette bien d’avoir manqué ça.
    J’en profite pour remercier Pierre, Lysiane, Agnès, Monique et Nicole pour les éléments de compte-rendu.
    Si un membre du Café n’a pas eu le temps de prendre la parole, il ou elle peut toujours m’envoyer de quoi faire un article qui complètera la série.
    A l’adresse habituelle : cath.caf@orange.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s