« Oblomov »

Par Pierre Belaval

Oblomov (1859), d’Ivan GONTCHAROV (1812-1891), disponible en Folio.

L’auteur fut salué par Léon Tolstoï (1828-1910) comme le génie du réalisme russe. Il est né trois ans après Gogol (1809-1852). Contemporain de Fédor Dostoïevski (1821-1881). Sens aigu de l’observation et vivacité des dialogues. Milieu d’origine : famille de marchands de Simirsk, au bord de la Volga. Grande culture, goût des voyages et des livres, vie de fonctionnaire au Ministère des Finances.

product_9782070429288_195x320Ce roman se déroule dans la Russie du XIXème siècle, autour des années 1850, partie à St Petersburg, partie dans la compagne. Oblomov est le nom du héros ou plutôt comme on va le voir de l’anti-héros de ce roman. Son nom dérive du mot russe oblom qui signifie brisure, cassure, image d’un homme mou, flemmard, dont le ressort intérieur est cassé. Ilya Illitch Oblomov, trentenaire au début du roman, est un propriétaire terrien honnête habitant St Petersburg, cultivant comme son bien le plus précieux un penchant à la paresse, passant ses journées sur un divan, hanté par le souvenir de son enfance heureuse notamment avec son ami Stolz, russo-allemand. Il ne faudrait pas pour autant l’identifier au personnage du film d’Yves Robert, Alexandre le bienheureux qui a décidé après la mort de sa femme, bourreau de travail, de ne plus rien faire. Dans la première partie du roman, Oblomov est marqué par deux événements qui troublent sa quiétude, devoir déménager car son propriétaire veut récupérer son appartement, d’autre part ne plus recevoir les dividendes de sa propriété terrienne mal gérée, mal entretenue et dont certains paysans se sont enfuis (le servage ne sera aboli qu’en 1861 par le tsar Alexandre II). De plus, il entretient avec son valet Zakhar (ainsi que la femme de ce dernier qui est sa cuisinière) des rapports tantôt amicaux, tantôt violents et tyranniques (exemple de dialogue pages 37, sq.).

Son ami Stolz lui est très actif et dynamique, dans la conquête sociale, et fait tout son possible pour sortir Oblomov de sa léthargie…

Succès énorme de ce roman à sa publication, vu comme une critique d’une aristocratie oisive et paresseuse, de sorte que ce type de personnage deviendra dans la culture russe aussi célèbre que pour nous les personnages de Don Juan ou de Tartuffe. On pourrait dire qu’Oblomov est à la paresse ce qu’Achille est au courage ou ce qu’Ulysse est à la ruse. Plus tard, Lénine dénoncera officiellement le fléau de l’oblomovtchina. Oblomov : illustration de la déchéance physique et morale à qui refuse la réalité ? Ou personnage pur et innocent qui ne répugne pas au travail mais qui tient toute action comme pécheresse ? Oblomov perd-il son temps parce qu’il ne peut pas faire autre chose ? Homme qui a peur de se lever, peur des actions humaines ? Peur du vide qui nous pousse à agir ?

– – –

Elargissement : émission R. Enthoven, Arte, 01.02.2015, avec Pierre Cassou-Noguès. Que gagne-t-on à perdre son temps ? Perdre son temps : expérience de l’effroi que l’on fuit dans le divertissement, où l’on défait le monde commun, temps perdu considéré comme péché ? Ou état économiquement néfaste (cf. le célèbre time is money de Benjamin Franklin) ? Ou droit à la paresse, résistance à l’idéologie que le temps, c’est de l’argent ? Exercice de jouissance que de perdre son temps comme Alexandre le Bienheureux ? Ou Oblomov traduit-il le désir du temps perdu poussé à la limite, de façon involontaire, sa paresse étant la plus forte ?


Publicités

Une réflexion sur “« Oblomov »

  1. Je ne connaissais pas le personnage d’Oblomov et j’aurais aimé avoir le temps de lire le livre mais ce n’est vraiment pas possible…je n’arrive pas à boucler mon propre avis sur l’oubli de Pasternak et sur les écrivaines russes, sans compter sur une évocation de l’écrivain russe (un peu ukrainien) contemporain le plus lu en France, paraît-il: Andrei Kourkov. Nicole m’a donné envie de relire Le Pingouin; j’aime beaucoup mais c’est long!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s