« L’amie prodigieuse »

Par Agnès Huynh

L’Amie prodigieuse, d’Elena Ferrante (Gallimard, 2014)

On ne sait presque rien d’Elena Ferrante. Ce nom est un pseudonyme pour un auteur qui refuse les interviews et la publicité. Ce refus d’être un personnage public serait-il un coup pour sa promotion ? Le propos n’est pas là.

Elena Ferrante a déjà publié plusieurs romans, parmi lesquels : Les jours de mon abandon ; L’amie prodigieuse ; Le nouveau nom ; Poupée volée ; L’amour harcelant.

product_9782070138623_195x320Pour ma part, je me suis plongée dans la lecture de L’amie prodigieuse.

Au départ, un peu déçue par les premiers chapitres. J’ai éprouvé des difficultés à marcher dans cette histoire d’amitié entre deux fillettes. Je trouvais l’une un peu trop gourde et l’autre antipathique. Vous l’aurez compris, la première partie de ce roman ne m’a pas accrochée. Et puis tout bascule et je suis enfin séduite par cette histoire au moment où l’une des deux amies part faire des études à la ville.

Cette histoire nous remet en mémoire la vie des années 50 ou 60. Avec, en toile de fond, la ville de Naples encore bâillonnée par la tutelle de la mafia, par la pauvreté, par la violence de la vie et par la violence des habitants qui errent dans la misère et qui n’ont pour seul avenir que la misère. Le sort des jeunes filles surtout qui ne sont pas élevées pour avoir des idées ni pour faire quelque chose de leur vie, mais qui sont élevées pour se marier au plus vite. De préférence un beau parti, seul moyen de s’en sortir et de faire s’en sortir également la famille. Quand elles ne sont pas sous la tutelle des parents, elles sont dominées par les frères et passent ainsi directement dans les bras d’un mari. C’est le cas d’une de nos héroïnes dont on a du mal à croire aux sentiments qu’elle dit porter à son mari.

Une histoire de fillettes qui passent au stade de l’adolescence. Après avoir été très proches dans leur enfance, elles vont prendre des chemins différents. L’une est réduite aux tâches ménagères et à aider le père dans son échoppe. L’autre, douée pour les études, continue dans les classes supérieures et ce, contre l’avis des parents qui ne saisissent pas l’entêtement à apprendre.

Ce livre est rempli de personnages que l’on suit depuis l’enfance jusqu’à l’adolescence avec leurs premières querelles, leurs amitiés, leurs premières histoires d’amour, les bagarres entre clans …

Pour finir on s’attache aux personnages qui prennent corps à mesure qu’ils vieillissent. À la scène du mariage, on sent nettement que l’histoire ne s’arrête pas là et on attend la suite. Tout en sachant déjà que la vie n’est pas un long fleuve tranquille.

Une écriture simple et efficace qui ne sombre jamais dans la vulgarité ni dans le glauque et qui évite le piège de la facilité. Une écriture sensible avec des mots qui sonnent juste.

Une bonne découverte pour ma part.


L’avis de François Lechat :

J’ai également lu L’amie prodigieuse, ce beau roman dont Gallimard vient de publier la suite sous le titre Le nouveau nom.

Effectivement, le début déconcerte un peu tant le contraste entre les deux héroïnes est accentué. Mais leur relation devient vite crédible, et Elena Ferrante rend merveilleusement l’atmosphère de ce quartier pauvre de Naples et les sentiments de la narratrice, Elena, qui est à la fois éblouie et irritée par son amie Lila. Plusieurs scènes sont de petits bijoux : la tentative avortée des fillettes de découvrir la mer au cours d’une fugue ; le baiser reçu par Elena d’un personnage poétique qui va montrer un autre visage ; le trouble provoqué par Lila, pendant sa toilette nuptiale, sur quelqu’un que je ne veux pas nommer ici… Ce roman allie la sensibilité psychologique à un réalisme social aigu, sans que jamais l’auteure ne nous perde dans la foule de ses personnages, tous criants de vérité même si certains ont plus de relief que d’autres.

product_9782070145461_195x320Seul problème : ce livre donne envie d’acheter la suite, mais Le nouveau nom ne mène pas encore la saga à son terme. Il faudra donc s’armer de patience.


Lire la critique de François Lechat sur Le nouveau nom (c’est même un coup de coeur) : ici.


L’avis d’Annie-France Belaval sur la version audio de Gallimard (collection Ecoutez Lire) :

Tout le monde en parle, donc cela valait le coup d’en faire un livre audio.

Le  livre est écrit au « je », l’auteur raconte alors qu’elle a la soixantaine, l’enfance et l’adolescence de son amie la plus proche et d’elle même.

On est à Naples autour des années 50, dans un quartier pauvre où le dialecte est parlé de préférence à l’italien. Deux clans s’opposent même si on ne sait plus très bien pourquoi (marché noir pendant la guerre ?) Les deux petites commencent par s’observer avec animosité : elles jouent cote à cote à la poupée quand Lila jette celle de l’autre dans la cave… Elena fait de même et les voici apeurées dans la cave où elles ne retrouvent pas leurs poupées ; déterminées, elles montent affronter le monstre qu’elles soupçonnent. Leur amitié débute mais tout les oppose : Lila est méchante, Léna est plutôt douce. L’une est très douée : elle a appris seule à lire et à écrire ; Léna est studieuse. Les deux se font concurrence. Vient l’adolescence et l’intérêt pour les garçons… bien compliqué !

Comme il s’agit d’une traduction, je ne peux rien dire sur le style de l’auteur. Je pense qu’il s’agit d’une lecture fidèle de l’oeuvre intégrale. J’ai écouté ce CD intégralement, moitié au casque moitié sans. J’ai été gênée par le nombre des personnages et l’avalanche de prénoms italiens. J’ai rencontré un problème technique : fin inaudible, crachotante (mais mon lecteur avait peut-être trop chauffé ?). La voix est agréable. Il n’y a pas de repères pour les non voyants, ou ceux qui doivent interrompre la lecture… Cela fait plusieurs fois que je remarque que les plages sont justes séparées par des blancs.

Un peu déçue, je ne me prononce pas : 5/10.


Une réflexion sur “« L’amie prodigieuse »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s