Coup de coeur pour « Je me souviens de tous vos rêves »

Par Annie-France Belaval

Je me souviens de tous vos rêves, de René Frégni, Gallimard (2016)

product_9782070107049_195x320Le bandeau annonce une mélancolie solaire et l’expression est juste. Je connais cet auteur depuis 2004. Ses livres nettement autobiographiques étaient amers : par naïveté, il est entraîné dans une histoire de blanchiment d’argent et est tourmenté par la justice. Dans ce dernier livre, c’est enfin la relaxe et René redevient un auteur à la Giono.

Ces derniers temps, vers 2011, il avait écrit La fiancée des corbeaux, c’était déjà un homme apaisé  qui parcourait la campagne des environs de Manosque.  A suivi Sous la ville rouge (Marseille): une sorte de thriller psychologique qui met en scène un écrivain dont les livres sont refusés, sauf une fois.

Dans Je me souviens de tous vos rêves, toujours largement autobiographique, il évoque sa façon d’écrire : chaque année, en septembre, il ouvre un nouveau cahier. Le premier chapitre est bucolique et poétique, comme La fiancée des corbeaux. Le chapitre deux annonce la bonne nouvelle : celle de la relaxe. Le juge est plutôt sympa, contrairement au juge d’instruction obstiné et inhumain qui l’a tourmenté pendant 15 ans…  Le chapitre trois parle d’une toute petite librairie. Joël dont le père est imprimeur et rapporte tout ce qui se lit à la maison, est un sale gosse mais qui adore les livres et la nature…

La suite, à vous de la lire et vous partagerez peut-être mon enthousiasme.


Depuis la parution de cet article, nous avons invité René Frégni au Café littéraire de Lambersart. À lire ici.


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s