« Comment Baptiste est mort », prix Décembre et prix Jean Giono 2016

Oui, le prix Décembre est attribué en novembre, c’est ça aussi la liberté littéraire ! D’ailleurs il s’est appelé prix Novembre dans une vie précédente. C’est le prix le mieux doté : trente mille euros ! – par Pierre Bergé et par pur mécénat, si je puis me permettre ce zeugme. Si vous êtes curieux, vous pourriez aller jeter un coup d’oeil sur le site de la Fondation P. Bergé/Y. Saint-Laurent (ici). Elle est aussi très impliquée dans le prix Jean Giono qui a récompensé, cette année, le même livre du même auteur. (Qu’en penser ?)

contributor_4941_195x320 L’heureux élu est Alain Blottière pour Comment Baptiste est mort, chez Gallimard ; l’histoire d’un ado enlevé par des djihadistes.

Les deux autres romans finalistes du prix Décembre étaient Boxe, de Jacques Henric, au Seuil, et J’adore la mode mais c’est tout ce que je déteste, de Loïc Prigent, chez Grasset (du fayotage ?!). C’est beau, le mécénat, et surtout continuez, monsieur Bergé, mais je ne peux pas m’empêcher de mentionner que ce prix a en principe « pour objectif de soutenir un livre publié en marge des grands éditeurs » (c’est écrit ici).

Pour le prix Jean Giono, Alain Blottière était en concurrence (3 voix contre 4) avec Jean-Baptiste Del Amo pour  Règne animal (Gallimard).

product_9782070178650_195x320Comment Baptiste est mort se présente de façon inattendue et nous plonge immédiatement et sans fioritures dans le vif du sujet – et vif comme une blessure peut être vive. Cela commence par un dialogue entre un jeune homme de quatorze ans et quelqu’un qu’on identifie comme un psychologue spécialisé. C’est cru, nu, comme la séquence réaliste d’un film sans musique – tout en étant poétique comme la sincérité peut l’être. L’atmosphère est à la fois glauque et rassurante. Des retours à la ligne, des blancs donnent un rythme à ce début prometteur à découvrir ici, et à poursuivre.

Lire, par exemple, cet article pour en savoir plus sur le livre.

Cathcaf

P.S. : Un Prix du Jury, destiné à distinguer une oeuvre « faisant large place à l’imagniation », est également délivré en marge du Grand prix Jean Giono, mais le site n’étant pas à jour, je ne peux pas vous dire à qui il a été attribué.


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s