Rencontre de janvier 2017 : Mickaël Leroy, copiste du peintre Vermeer

Soirée exceptionnelle grâce à la complicité des propriétaires du 210 puisque nous ne recevons pas un écrivain mais un artiste peintre–copiste, qui n’a pas choisi la facilité et le mot est modeste puisque nous nous consacrons ce soir au peintre Vermeer, illustre et génial représentant du siècle d’or de la peinture Néerlandaise à Delft.


Mickaël et La femme en bleu

Mickaël et La femme en bleu

 

Mickaël, âgé de 38 ans, s’est spécialisé uniquement dans la copie du peintre Johannes Van der Meer, dit Vermeer, (1632-1675) après un cursus Arts appliqués et Beaux-arts.

 

 

 

Parcourant l’Europe pour rencontrer le Maître à travers ses tableaux, il a le projet de se rendre prochainement aux USA où fut volé à Boston en 1990 l’un de ses plus beaux tableaux : le Concert, estimé à $ 200 000 000, non retrouvé à ce jour.

L’un de ses projets à court terme, deux ans, est de reproduire ce tableau disparu (on espère provisoirement) afin de l’offrir à un public qui en retrouvera sinon la perfection, mais tout au moins un talent qui l’approche.


Mickaël nous dresse un historique très concret de la vie à Delft en ce 17ème siècle et nous dévoile quelques secrets des lieux géographiques et points de vue  à l’origine de l’inspiration du peintre.

Il nous dévoile aussi certaines méthodes et manières utilisées par le maître et les artistes de ce temps pour obtenir grâce à des matières rares* pour l’époque des merveilles de cieux du Nord par exemple. La précision extraordinaire du trait, les effets d’ombres et  de lumières, la douceur des gestes et des visages, la grâce du mouvement emportent l’enthousiasme et favorisent une fascinante et inépuisable attraction.

* ex : bleu outremer tiré du « lapis-lazuli » d’origine Afghanistan d’ou son nom, ultramarinus, au delà des mers. Très rare et cher jusqu’au 19ème où il fut synthétisé.

x

La simplicité des gestes du quotidien retient aussi toute notre attention. Nouveauté pour cette époque, démontrant l’ouverture d’esprit à Delft (Vermeer fut élu-il avait 30 ans- à trois reprises syndic de la Guilde de St Luc, organisation autorisant toute activité artistique et commerciale en cette matière), cette démarche picturale abandonne les thèmes antiques ou religieux.

Cet art vivant nous enchante et sa magie fait l’objet de recherches artistiques et scientifiques de la part de Mickaël, aidé et sponsorisé pour cela par les Ets Créastore à Angers (spécialiste en peintures d’art) et Raphael (brosses et pinceaux de haute qualité).

Vermeer a très peu créé, moins de 40 tableaux environ, reconnus et authentifiés à ce jour, surtout grâce en particulier à un génial amateur et re-dévouvreur en 1866, Théophile Thoré-Burger.

Vermeer sacrifia son confort matériel pour exprimer librement son génie et mourut fin 1675 couvert de dettes. Ses tableaux furent vendus par son épouse Catharina. Son oeuvre et son nom disparurent jusque fin 19ème.


Derrière Mickaël, illustrant son exposé quatre de ses créations :

la-ruelle-photo-retouchee-site-relais-1mo

La ruelle aujourd’hui localisée au 40-42 Vlamingstraat grâce au Professeur Frans Grijzenhout (Université d’Amsterdam). La tante de Vermeer vendait des tripes dans la maison de droite et la mère et la soeur de Vermeer habitaient en face. Il est possible de penser que le tableau fut peint de chez elles, afin de mieux saisir les perspectives.

 

Quoi de plus simple que de peindre cette infime rue de Delft et pourtant quelle immense leçon de modestie au service de la postérité.

copie-femme-a-la-balance

 

 

Mickaël a aussi présenté la femme en bleu lisant une lettre, le géographe et la femme à la balance (ci-contre).

 

 

En projet pour 2017, la leçon de musique et un second tableau qui sera choisi parmi quatre : La laitère, Femme au collier, Dame et sa servante, la jeune fille à la perle.

Chacune de ses copies lui demande un à deux ans de travail et de recherches, chaque nouvelle oeuvre enrichissant la suivante au niveau technique et artistique.

C’était aussi le temps nécessaire au Maître pour parvenir à une forme de perfection qui, aujourd’hui déplace des foules quasi – en délire (voir le Louvre ces derniers jours, dépassé par le nombre des visiteurs : 9400 le 22 février, jour d’ouverture)


Pour en savoir plus sur le travail de Mickaël, vous pouvez parcourir son site web.

x

Pour en savoir plus sur Vermeer, il y a l’exposition « Vermeer et les maîtres de la peinture du genre » au Louvre jusqu’au 22 Mai.

Arte Boutique propose aussi le documentaire « La revanche de Veermer » (vod à p.d 6.99€)

Il y a enfin le film « La jeune fille à la perle » de Peter Webber (2003).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s