Un grand homme de lettres

Jacques Prévert

 

Il y a 40 ans, le 11 avril 1977, mourait Jacques Prévert des suites d’un cancer du poumon. Son nom a marqué des générations d’écoliers ; si l’on connaît de Jacques Prévert les poèmes, encore aujourd’hui massivement enseignés à l’école, l’homme avait également d’autres talents.

Il fut scénariste et dialoguiste de chefs-d’œuvre du cinéma français : Drôle de drame, Le Quai de brumes, deux films de Marcel Carné avec qui Prévert connaît une collaboration artistique exceptionnelle. Ensemble, ils signent également Les Visiteurs du soir, Le Jour se lève, Les Enfants du Paradis. Jacques Prévert est aussi le scénariste du premier grand film français d’animation, Le Roi et l’Oiseau de Paul Grimault.

C’est en 1946 que Paroles, son premier recueil de poèmes est publié. Il devient la quatrième meilleure vente de l’année après L’Etranger et La Peste d’Albert Camus ainsi que de Knock de Jules Romains. Dans ce recueil, de nombreux poèmes seront repris par des chanteurs comme Yves Montand, qui interprètera Paris at night, Les Feuilles mortes ou encore Et La Fête continue.

x

Pour le plaisir, je voudrais citer trois poèmes de Prévert :

BARBARA

Rappelle-toi Barbara
Il pleuvait sans cesse sur Brest ce jour-là
Et tu marchais souriante
Épanouie, ravie, ruisselante
Sous la pluie
Rappelle-toi Barbara
Il pleuvait sans cesse sur Brest
Et je t’ai croisé rue de Siam
Tu souriais
Et moi je souriais de même
Rappelle-toi Barbara
Toi que je ne connaissais pas
Toi qui ne me connaissais pas
Rappelle-toi
Rappelle-toi quand même ce jour-là
N’oublie pas
Un homme sous un porche s’abritait
Et il a crié ton nom
Barbara
Et tu as couru vers lui sous la pluie
Ruisselante, ravie, épanouie
Et tu t’es jetée dans ses bras
Rappelle-toi cela Barbara
Et ne m’en veux pas si je te tutoie
Je dis tu à tous ceux que j’aime
Même si je ne les ai vu qu’une seule fois
Je dis tu à tous ceux qui s’aiment
Même si je ne les connais pas
Rappelle-toi Barbara

LES ENFANTS QUI S’ AIMENT

Les enfants qui s’aiment s’embrassent debout
Contre les portes de la nuit
Et les passants qui passent les désignent du doigt
Mais les enfants qui s’aiment
Ne sont là pour personne
Et c’est seulement leur ombre
Qui tremble dans la nuit
Excitant la rage des passants
Leur rage, leur mépris, leurs rires et leur envie
Les enfants qui s’aiment ne sont là pour personne
Ils sont ailleurs bien plus loin que la nuit
Bien plus haut que le jour
Dans l’éblouissante clarté de leur premier amour

PATER NOSTER

Notre père qui êtes aux cieux
Restez-y
Et nous nous resterons sur la terre
Qui est quelquefois si jolie
Avec ses mystères de New York
Et puis ses mystères de Paris
Qui valent bien celui de la Trinité
Avec son petit canal de l’Ourcq
Sa grande muraille de Chine
Sa rivière de Morlaix
Ses bêtises de Cambrai
Avec son océan Pacifique
Et ses deux bassins aux Tuileries
Avec ses bons enfants et ses mauvais sujets
Avec toutes les merveilles du monde
Qui sont là
Simplement sur la terre
Offertes à tout le monde
Éparpillées
Émerveillées elles-mêmes d’être de telles merveilles
Et qui n’osent se l’avouer
Comme une jolie fille nue qui n’ose se montrer
Avec les épouvantables malheurs du monde
Qui sont légion
Avec leurs légionnaires
Avec leurs tortionnaires
Avec les maîtres de ce monde
Les maîtres avec leurs prêtres leurs traîtres et leurs
Reîtres
Avec les saisons
Avec les années
Avec les jolies filles et avec les vieux cons
Avec la paille de la misère pourrissant dans l’acier des canons

♦   Agnès   ♦


Publicités

2 réflexions sur “Un grand homme de lettres

  1. J’avais envisagé de proposer Prévert pour le printemps des poètes 2018 (éventuellement en lui joignant Aragon qui n’a pas trouvé place en 2017);Les célébrations d’anniversaires sont plus faciles à prévoir que les décès ainsi en est-il de Jim Harrison, d’Annie Saumont, d’Evelyne Sullerot etc.

  2. Bel hommage à un poète un peu oublié aujourd’hui mais qui a enthousiasmé ma jeunesse. Quant à Aragon (évoqué par Annie-France), il a été et reste mon poète du XXe siècle préféré.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s